Soeur Marie-Marthe Chambon , religieuse de la Visitation Sainte-Marie de Chambery, 1841-1907

 

Le CHAPELET DES SAINTES PLAIES OU DE LA MISERICORDE

 

 

BIOGRAPHIE DE SŒUR MARIE-MARTHE CHAMBON

 

rançoise Chambon est née le 6 mars 1841 à la Croix Rouge près de Chambéry et a été baptisée le jour même. Issue d'une famille très pauvre elle eut une sœur et sept frères.

Vers l'âge de 8 ans, un Vendredi-Saint, dans la crypte de l'église de Lemenc, elle vit le Christ en croix pour la première fois, après avoir récité cinq Pater et cinq Ave à genoux les bras en croix. Elle fit sa première communion le 8 septembre 1850. Dès lors, à chaque communion, elle fut gratifiée de la vision de Jésus qu'elle voyait également quand elle allait travailler aux champs. Elle vit aussi la Sainte Vierge à plusieurs reprises. Elle ne reçut aucune instruction et ne sut jamais ni lire ni écrire.

Elle fut admise dans le Tiers-Ordre de St François d'Assise en 1861. Reçue à la Visitation de Cham­béry en février 1862 comme aspirante au rang des sœurs converses, après 9 mois de postulat, Françoise Chambon reçut l'habit et devint reli­gieuse sous le nom de Sœur Marie-Marthe, le 29 avril 1863. A 23 ans, en la fête de Notre-Dame des Anges, Sœur Marie-Marthe prononça ses vœux le 2 août 1864.

A partir de juin 1866, la sœur fut favorisée de visi­tes fréquentes du Christ, de la Sainte Vierge et des Ames du Purgatoire.

En 1867, à l'époque du choléra, Jésus demande à la communauté l'Heure Sainte du vendredi pour honorer ses cinq Plaies. En 1868, la prière des saintes Plaies demandée par Jésus est mise sous la forme de « rosaire des saintes Plaies » par les supérieures. Du 25 janvier 1869, au mois de septembre 1873, Sœur Marie Marthe ne vit plus que de l'Eucharistie. Elle reçoit les stigmates en 1874.

Pendant les dernières années de sa vie, entre 1893 et 1907, Sœur Marie-Marthe accomplit ses tâches dans l'obéis­sance, l'humilité et la charité. Elle sera éprouvée spiri­tuellement et physiquement. Le 12 février 1907, elle res­tera à l'infirmerie, le médecin ayant constaté un cas d'albumine avec de graves complications.

Le 13 février 1907, elle reçoit I' Extrême-Onction et supportera cinq semaines une maladie très douloureuse avant de rendre son âme à Dieu le 21 mars 1907.

Après ses funérailles le 23 mars, l'inhumation eut lieu au cimetière de la ville puis en 1917, dans le cime­tière du monastère. En 1924, les restes furent exhumés et déposés dans la chapelle de Notre-Dame des Sept ­Douleurs à Lemenc. Aujourd'hui, ses restes reposent à la Visitation de Marclaz.

REVELATIONS DE NOTRE-SEIGNEUR A SŒUR MARIE-MARTHE CHAMBON

« Je t'ai choisie pour réveiller la dévotion à ma sainte Passion dans les temps malheureux où vous vivez ... »

« J'ai besoin de ton cœur pour me dédommager et me tenir compagnie ... Je t'apprendrai à M'aimer, car tu ne sais pas le faire : la science de l'amour ne s'ap­prend point dans les livres, elle n'est donnée qu'à l'âme qui regarde le Crucifié et lui parle cœur à cœur. Dans chacune de tes actions, il faut être unie à Moi. »

« Ma fille, regarde ma couronne ! Je n'ai pas dit : elle me fait trop souffrir, Je l'ai acceptée de mon Père, pour vous ! Regarde mes mains ! Je n'ai pas dit : Je ne les donne pas, cela me fera trop souffrir ! et de même pour mes pieds. » Puis, Jésus montre à sa servante sa chair sacrée, déchirée, en lambeaux : « Partout tu trou­veras des Plaies en ton Époux ! Je veux que tu sois ainsi ! Contemple-moi sur la croix : lorsque J'y étais, Je ne regardais ni les bourreaux ni les outrages ... Je regar­dais mon Père. Il faut ainsi accomplir votre devoir, en faisant ce que Je veux, sans autre regard vers la créa­ture... comme Moi je regardais mon Père unique­ment ! »

« Ma fille, chaque fois que vous offrez à mon Père les mérites de mes divines Plaies, vous gagnez une for­tune immense. »

« Vous êtes semblables à celui qui trouverait dans la terre un grand trésor, mais comme vous ne pouvez pas conserver cette fortune, Dieu la reprend, et ma

divine Mère aussi, pour vous la rendre au moment de la mort et en appliquer les mérites aux âmes qui en ont besoin : car vous devez faire valoir la fortune de mes saintes Plaies. Il ne faut pas rester pauvres, parce que votre Père est bien riche ! ... »

« Mon Père se complaît dans l'offrande de mes sacrées Plaies et des douleurs de ma divine Mère. Les Lui offrir, c'est Lui offrir sa gloire, c'est offrir le Ciel au Ciel. »

« Celui qui est dans le besoin, qu'il vienne avec foi et confiance, qu'il puise constamment dans le trésor de ma Passion. Voilà de quoi payer pour tous ceux qui ont des dettes ! ... Dans la contemplation de mes Plaies, on trouve tout pour soi et pour les autres. »

... Jésus la presse, - et nous presse avec elle -, de venir à ce trésor : « Il faut tout confier à mes divines Plaies et travailler au salut des âmes par leurs mérites. »

« Mes saintes Plaies soutiennent le monde. Il faut me demander l'affermissement dans l'amour de mes Plaies, parce qu'elles sont la source de toutes les grâces. Il faut souvent les invoquer ... y porter le prochain ... Il faut en parler et y revenir fréquemment afin d'en imprimer la dévotion dans les âmes ... Il faudra longtemps pour éta­blir cette dévotion, travaillez-y avec courage. »

« Toutes les paroles dites au sujet de mes saintes Plaies me font plaisir, un plaisir indicible !  .. Je les compte toutes. »

 

PROMESSES DE NOTRE-SEIGNEUR A SŒUR MARIE-MARTHE CHAMBON POUR LA DEVOTION AUX SAINTES PLAIES

 

 « Comme il y a une armée dressée pour le mal, il y a aussi une armée dressée pour Moi. Avec cette prière, vous êtes plus puissants qu'une armée pour arrêter mes ennemis. »

 

 

LA DEVOTION AUX SAINTES PLAIES NE SAURAIT DECEVOIR :

« J'accorderai tout ce que l'on me demandera par l'invocation aux saintes Plaies. Ceux qui les honorent auront une vraie con­naissance de Jésus-Christ. »

LES SAINTES PLAIES SANCTIFIENT ET ASSURENT L'AVANCEMENT SPIRITUEL :

« De mes Plaies sortent des fruits de sainteté. De même que l'or purifié dans le creuset devient plus beau, de même, il faut mettre ton âme et celles de tes sœurs en mes sacrées Plaies ; là, elles se perfectionneront comme l'or dans la four­naise ... »

LES SAINTES PLAIES DONNENT DU PRIX A TOUT :

« Ma fille, plonge tes actions dans mes Plaies et elles devien­dront quelque chose. Toutes vos actions, même les moindres, trempées dans mon Sang, ac­querront par cela seul un mérite infini et contenteront mon Cœur ! ... »

LES SAINTES PLAIES SONT UN BAUME ET UN RECONFORT DANS LA SOUFFRANCE :

« Lorsque vous avez quelque peine, quelque chose à souffrir, il faut vite l'apporter dans mes Plaies. Il faut souvent répéter auprès des malades cette aspira­tion : « Mon Jésus, pardon et miséricorde, par les mérites de vos saintes Plaies. » Cette prière soulagera l'âme et le corps. Il faut offrir souvent les mérites de mes saintes Plaies pour les personnes qui meurent dans la nuit ou dans le courant de la journée. »

LES SAINTES PLAIES ET L'EGLISE :

« Ma fille, il faut bien faire ta charge, qui est d'offrir mes divines Plaies à mon Père Éternel, parce que de là doit venir le triomphe de l'Église, lequel passera par ma Mère Immaculée. »

LES SAINTES PLAIES ONT UNE GRANDE EFFICACITE POUR LA CONVERSION DES PECHEURS :

Un jour, Sœur Marie-Marthe, saisie d'angoisse à la pensée des crimes de la terre, s'écriait : « Mon Jésus, prenez soin de vos enfants, ne regardez pas leurs péchés ! » Le divin Maître, répondant à son appel, lui apprit l'aspiration : « Mon Jésus, pardon et miséricorde, par les mérites de vos saintes plaies. » Puis Il ajouta : « Beaucoup de personnes éprouveront l'efficacité de cette aspiration. Je désire que les prêtres la donnent souvent à leurs pénitents au saint Tribunal. »

« Le pécheur qui dira la prière suivante : Père Éternel, je Vous offre les Plaies de Notre-Seigneur Jésus-Christ pour guérir celles de nos âmes, obtiendra sa conversion. »

LES SAINTES PLAIES ET LES AMES DU PURGATOIRE :

« Les saintes Plaies sont le trésor des trésors pour les Ames du Purgatoire.

On voit les pécheurs et l'on songe davantage à prier pour eux. Quant aux âmes du Purgatoire, ne les voyant pas, souvent le monde les oublie. Il y a peu d'âmes qui n'aillent pas en Purgatoire ; Je veux que vous priiez beaucoup. Ma fille, regarde mes Plaies. Offre-les pour les Ames du Purgatoire. Les souffrances de ma sainte Passion, voilà le grand remède pour ces pauvres âmes ; mais il faut leur en appliquer les mérites. »

LES SAINTES PLAIES ASSURENT UNE BONNE MORT :

« Il n’y aura pas de mort pour l’âme qui expira dans mes plaies, elle donne la vraie vie. »

 

 

 

Christ miraculeux, datant de saint François de Sales, à la visitation de Chambéry à l'époque de soeur Marie Marthe

Chapelet des Saintes Plaies

Il est composé des prières que Notre-­Seigneur enseigna à sœur Marie­ Marthe.

À partir de septembre 1866, cette visitandine fut favorisée de nombreuses apparitions. Le Sauveur lui fit contempler presque chaque jour ses saintes Plaies, en lui demandant de s'associer aux douleurs de sa Passion.

Le Sacré-Cœur lui enseigna la puissance de cette dévotion pour les pécheurs, les malades, les agonisants, les âmes du purgatoire, pour soi-même et pour l’Église :

« J'accorderai tout ce qu'on me demandera par l'invocation à mes saintes Plaies. Il faut en répandre la dévotion.

Le bénéfice des saintes Plaies fait descendre les grâces du ciel, et monter les âmes du purgatoire ».

 

Sur la Croix :

Père Éternel, faites-nous miséricorde par

le Sang de Jésus-Christ, votre Fils unique ;

Faites-nous miséricorde, nous vous en conjurons.

Ainsi soit-il.

O Jésus, divin Rédempteur, soyez- nous miséricordieux,

pour nous et pour le monde entier.

                                                                Ainsi soit-il

Sur les gros grains :

Père éternel, je vous offre

les Plaies de Notre Seigneur Jésus-Christ

pour guérir celles de nos âmes.

Sur les petits grains :

Mon Jésus, pardon et miséricordepar les mérites de vos saintes Plaies.

 

Prière indulgenciée par Pie XI, 1924

 

 Source :Livre sur la vie de Sœur Marie Marthe Chambon,

"Religieuse de la Visitation Sainte Marie de Chambéry" 1841-1907, Éditions Saint Rémy, 2011.

( image de Jésus Christ), Monastère de  la Visitation,Chambéry

 

 Historique du chapelet des Saintes plaies

Disponible en téléchargement sur ce site en cliquant surce lien

 Neuvaine pour demander l'intercession de Marie Marthe Chambon

Disponible en téléchargement sur ce site en cliquant sur ce lien

 

 

N'hésitez pas à signaler toutes grâces reçues par l'intermédiaire de Soeur Marie-Marthe Chambon au Monastère de la Visitation- 32, rue de la Visitation-Marclaz- 74000- Thonon-les-Bains-France

 

 

 

 Grâces attribuées à la dévotion des Saintes Plaies de Notre Seigneur Jésus Christ

 

Soutien moral

Carmel de Bergerac . 22 décembre 1924.

Une grande amie de notre Carmel écrit à notre Révérende Mère que, depuis qu'elle prie les SAINTE PLAIES, elle trouve consolation et soutien dans ses épreuves . Elle répand autour d'elle cette dévotion qui donne confiance. De toutes parts, il ya unanimité dans les sentiments qu'elle inspire : pauvres ou riches recourent aux SAINTES PLAIES dès qu'ils en connaissent mieux le prix infini ...

 

 

 Conversions

Petites Soeurs des pauvres de Blois. 9 octobre.

Nous sommes si heureuses de faire connaître la dévotion aux SAINTES PLAIES que nous venons vous prier de vouloir nous envoyer des feuillets. Nos bons viellards récitent avec ferveur les invocations ; à cette récitation nous attribuons en grande partie la conversion presque inespérée de trois d'entre eux.

 

 

 

 

 Soulagement dans la souffrance

TUNIS.27 décembre 1925. Bien souvent j'invoque les SAINTES PLAIES ; et peut-être plus de 300 fois cette année, j'ai obtenu le soulagement de mes petites misères.

Général d'Anselme

 

 

Grâces manifestes

Belgique. 10 juin 1929.

Ayant fait la promesse de propager la dévotion aux SAINTES PLAIES comme suite à des grâces obtenues par deux fois, je vous serais obligé de bien vouloir m'envoyer deux notices et 100 feuillets... Si besoin, vous pouvez utiliser ma lettre comme témoignage de l'efficacité de la dévotion aux SAINTES PLAIES, d'autant plus que je ne suis pas au nombre des chrétiens très pratiquants.

 

Henri de Loose , architecte.

Heureuse récolte

SANTIAGO (CHILI).

Octobre 1937. La lecture de la vie de Soeur MARIE MARTHE CHAMBON m'a appris combien cette âme fut aimée du Sacré Coeur de Jésus.

Me trouvant dans une grande affliction, j'ai invoqué Soeur CHAMBON pour lui demander son aide auprès  du bon Dieu. Une grande pluie, survenue à l'improviste, devait inévitablement endommager mon champ de blé, ce qui d'ailleurs arriva aux semailles de tous mes voisins. Grâce à la protection divine, je fus épargnée et je pus obtenir une récolte tout à fait sastifaisante. Reconnaissante à l'heureuse intervention de Soeur CHAMBON, j'ai accompli ma promesse de distribuer 600 exemplaires de sa vie pour la faire connaître et pour propager la dévotion aux SAINTE Plaies de Notre Seigneur Jésus Christ. ( Ce qui s'est passé en 1936 )

Madame Lucrèce de H

 

 

Guérisons de plusieurs maladies

Rome.

Nous avons un enfant de 5 ans , Robert Teziani Lode, gravement malade du typhus, auquel ont fait suite les complications suivantes : noeuds infectieux aux bronches , miocardites, néphrite aigue et cystite. Nous priâmes intensément les SAINTES PLAIES de Jésus, demandant l'intercession de Soeur MARIE MARTHE CHAMBON, dont nous tenions constamment l'image sur le corps de l'enfant. Ayant obtenu la guérison, nous nous sentons le devoir, le coeur ému et reconnaissant, d'avertir du prodige accompli, pour lequel nous ne finirons pas de remercier le bon Jésus et la chère Soeur MARIE MARTHE.

La Famille LODE et TEZIANI.

 

 

Guérison d'un mal d'yeux

ALEXANDRIE-(ITALIE).

L'un de mes enfants, par suite d'une brûlure à l'oeil gauche, demeura avec la pupille blanche. Désolée, je lui appliquai un souvenir de la SOEUR MARIE-MARTHE. Le soir, la douleur et la tache avaient disparu et l'oeil redevint limpide et beau.

Madame ZAPPARELLI

 

 

Guérison de méningite

Madame Lucie Balsan étant malade, une de ses connaissances tâcha de lui inpirer la dévotion aux SAINTES PLAIES de Jésus ; mais la maladie s'aggrava bien vite et le médecin se montrait très préoccupé.

Alors la pieuse personne qui lui avait conseillé de s'adresse aux SAINTES PLAIES posa sur elle un "souvenir" de SOEUR MARIE-MARTHE et demanda à la famille de faire une neuvaine récitant,  les invocations aux SAINTES PLAIES.

Le troisième jour, le mal s'aggrava tellement par une méningite survenue qu'on craignait une catastrophe;  toutetefois on continua à prier avec foi.

Le lendemain, il yeut un léger mieux et il alla s'accentuant si rapidement que le dernier jour de la neuvaine la dame se rendait à un sanctuaire pour remercier Jésus et la Sainte Vierge.

 

 

Source : "Sous le rayonnement des Saintes Plaies," Monastère de la Visitation,  Chambéry, 1938

 

 

 

A propos du Rosaire et soeur Marie-Marthe  Chambon

armi les pratiques de piété chères au coeur de notre fervente converse(soeur Marie-MARTHE Chambon), il faut signaler le Rosaire .Elle savait cette prière aimée entre toutes. Elle la savait souverainement efficace.

Le 3 septembre 1870, tandis qu'elle suivait le Rosaire que nos soeurs retraitantes ont coutume de réciter en se promenant ensemble après le dîner, Marie lui manifesta ses prédilections pour celles qui s'assujetissaient  à cette pratique :" Celles qui disent mon Rosaire avec ferveur mériteront d'être à ma suite... Celles qui font l'effort pour s'y rendre me feront plaisir."

Un jour ou la communauté entière vaquait à ce pieux exercice, il lui fut donné de voir les grâces et les bénédictions nombreuses que le Sauveur versait sur nos familles comme fruit de prières en l'honneur de sa Mère.

"Je suis la Mère de toutes les âmes, mais Je veux être priée", déclarait la Très Sainte Vierge en une autre circonstance. "il faut me donner 15 fleurs par jour."

Source du texte .. A propos du Rosaire , extrait Soeur Marie_Marthe Chambon , nouvelle édition à partir de celle de la Visitation en 1928, Editions Saint Remy

 

 

 

 

 

 

 

 

"La prière aux Saintes Plaies comprend tout. Mes plaies vous sauveront infailliblement ; Elles sauveront le monde."

Source : Message de Jésus à Marie-Marthe Chambon